Plan directeur communal

Intervention de Bastien Collet au Conseil général – Intervention sur le Plan directeur communal (PDComm) (05.11.19)

Madame la Présidente du Conseil général, Monsieur le Président de la Ville, Chères et Chers collègues,

Tout d’abord, nous tenons à féliciter tous les services de la Ville qui ont participé à l’élaboration de ce document essentiel au futur développement de notre commune.

Puisqu’il s’agit d’un document stratégique qui nous servira au-delà de la législature actuelle, il nous semble cependant important de revenir sur des points cruciaux qui manquent à notre avis dans ce document.

  • Le rapport AcclimataSion

Premièrement, l’AdG déplore le fait que l’exigence de « plus de bleu et de vert pour moins de gris » dans notre ville, exigence formulée dans le rapport AcclimataSion, n’ait pas une force obligatoire dans ce document. Certes, le terme apparaît 6 fois dans le PDComm. Cependant, ce concept sert principalement à « guider les initiatives privées pour favoriser la qualité de leur insertion dans un contexte de changement climatique et d’augmentation des dangers naturels ». Nous aurions aimé sur ce point que le concept de « plus de bleu et de vert » devienne réellement une obligation forçant les privés à l’intégrer systématiquement à leurs projets, sous peine de se voir refuser des autorisations de construire.

Cette vision peut paraître trop contraignante par les tenants du libéralisme mais elle permettrait selon nous de respecter le souhait de la population qui s’est exprimé dans toute la Suisse lors des élections fédérales pour une politique plus respectueuse de l’environnement. Ce projet AcclimataSion était une belle initiative de la Ville de Sion. Il s’agit maintenant d’en appliquer rigoureusement les principes.

  • Les Mayens-de-l’Ours

Sujet éternel de cette législature, le projet d’un nouveau quartier aux Mayens-de-l’Ours continue à inquiéter l’AdG. Nous ne sommes bien évidemment pas opposés systématiquement à tout progrès ou projet immobilier sur notre territoire, mais nous avons à cœur de construire notre ville de manière la plus rationnelle qui soit. Le PDComm stipule que « ce site bénéficie d’atouts indéniables pour le développement d’un quartier exemplaire, innovant, suscitant l’engouement, mêlant habitations permanentes et résidences touristiques. » Nous ne partageons pas cet avis, du moins pas dans un futur proche.

La liaison câblée liée à ce quartier force la ville à créer de toute pièce un nouveau quartier dans cette zone, alors que bien d’autres quartiers de la ville méritent d’abord notre attention, par plus de densification là où faire se peut et par une amélioration de la qualité de vie dans les quartiers déjà existants (Champsec, Vissigen, Châteauneuf notamment) ou dans les nouveaux quartiers déjà dans le pipeline tels que le quartier durable des Potences.

L’AdG se positionne donc pour une liaison câblée à visée touristique pour l’instant, mais souhaite temporiser la construction de tout nouveau quartier, et ce d’autant plus dans une zone encore peu construite telle que les Mayens-de-l’Ours.

  • L’aéroport

Pour l’AdG, il semble absolument inconcevable qu’un chapitre entier ne soit pas consacré à l’aéroport de Sion alors que ce dernier a une empreinte considérable sur notre territoire. Dans ses réponses aux questions de la CEU, le CM nous indique que « cette thématique est reprise dans différentes thématiques stratégiques et comme site de développement, ce qui montre la transversalité des thèmes abordés par cette infrastructure. » Le CM ajoute que l’aéroport fait l’objet d’une planification spéciale selon une procédure légale de la Confédération appelée « plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique » et que la Ville et le Canton participent actuellement à la mise en place de cette planification pilotée par la Confédération.

Soit. Mais bien que des procédures soient en cours au niveau fédéral, comment se fait-il qu’une telle infrastructure ne fasse pas partie intégrante, même de manière incomplète, d’un document aussi stratégique et central que le PDComm. Ce point a provoqué des débats animés au sein de notre groupe. Pour certains de nos membres, l’absence de vision concernant l’aéroport de la part de la Ville représente un motif suffisant pour refuser ce PDComm. Il ne s’agit pas par ce refus de réécrire le document dans son ensemble mais bien de rajouter un chapitre dans les futurs chantiers de la ville, chapitre indispensable pour une partie de notre groupe.

Pour d’autres membres, ce document doit être considéré comme un réel progrès et comme il contient de nombreux éléments positifs nouveaux, il doit donc être accepté comme tel, même s’il mérite des améliorations, notamment sur le point de l’aéroport.

Conclusion

Vous l’aurez compris, nous laisserons donc la liberté de vote à nos membres sur le PDComm, pour les raisons évoquées plus haut.