Le projet JO 2026 – des questions restent en suspens

Avant la votation du 10 juin, nous attendons toujours des réponses concrètes à plusieurs questions centrales à ce mega-projet. Nous pouvons résumer en quatre points : le risque de déficit, les risques et impacts urbanistiques du « Village Olympique », les aménagements du stade de Tourbillon, et les investissements pour le plan de mobilité .

1) quelle responsabilité pour la « Ville hôte » en cas de déficit ?
Le contrat de Ville-hôte, tel que défini par la charte olympique, précise « une responsabilité conjointe et solidaire » avec le COJO. Est-ce que le canton, les autres communes, et la Confédération seront également signataires ? Vont-t-ils partager cette responsabilité en cas de déficit? Et avec quelle clef de répartition ?
Le Conseiller d’Etat, M. Favre, nous a promis de nous communiquer les conditions de ce contrat avant la votation du 10 juin.

2) un projet de logement, dit « Village Olympique », est prévu sur le site des Potences. En février 2026, il doit servir d’hébergement pour les athlètes. Les terrains appartiennent à la commune, mais on nous dit que ce projet sera public-privé, et qu’il ne fait pas partie du budget des JO.

a. Quelle garantie avons nous que ce projet sera réalisé et que les logements seront disponibles pour les JO en février 2026 ? Quelles risques pour Sion si le promoteur ne respecte pas ses engagements ? Est-ce que Sion devra prendre la relève ? (exemple : à Vancouver, le promoteur à fait faillite. La Ville a du terminer le projet et ensuite assumer une dette considérable).

b. Est-il toujours prévu de céder un droit de superficie aux promoteurs immobiliers muni d’un « cahier des charges » ? Quelles conditions cadres seront imposées dans ce cahier? En particulier :

Que savons nous des besoins en logements de 2026 ? Prévoit-on des logements protégés pour personnes âgées, des appartements pour familles et pour étudiant-e-s ?

Peut-on s’assurer qu’une bonne partie de ces logements seront réservés à la location, et à des loyers abordables et accessibles aux résidant-e-s de Sion ?

Est-ce qu’un plan de quartier sera prévu dans l’esprit d’AcclimataSion ? avec espaces verts, cheminements piétons, et voies de mobilité douce reliant le village avec le centre ?

3) le Stade de Tourbillon, site des cérémonies d’ouverture et de clôture, sera-t-il adéquat ?
Il est prévu d’augmenter la capacité des tribunes à 25’000 places avec des structures temporaires. Cette capacité sera-t-elle vraiment suffisante ? (ex. Turin et Peong Chang : 35’000 places).
Quelle estimation fait-on pour les investissements induits, ou autres aménagements pérennes, qui pourraient être requis autour du Stade ? et à quels coûts pour la ville ?

4) Quel est le plan de mobilité urbaine au sein de la ville de Sion ? (transports publics et parkings)
Il faudra gérer d’important flux de personnes en déplacement lors des cérémonies d’ouverture de clôture : athlètes, journalistes, et un public d’au moins 25’000. Quelles infrastructures Park & Ride, d’aires de dépôts, et de TP sont prévues ? En particulier, quelle part de ces infrastructures sera pérenne – et donc à charge de la commune en investissements supplémentaires ?

Afin de permettre à chaque votant-e de se faire une libre opinion, il est essentiel de clarifier ces questions et d’informer en toute transparence quand aux risques de dépenses supplémentaires qu’ils pourraient entraîner. Et ce avant le 10 juin !

Les JO 2026 ne doivent pas être un saut dans le vide, mais un choix rationnel qui assume ses risques.