Intervention sur le projet SCN à Champsec

Intervention sur le projet SCN à Champsec – 02.10.2018

Madame, Monsieur,

Je prends la parole au nom de l’AdG pour exprimer notre étonnement qu’un tel projet ne suscite pas plus de réactions au sein de notre exécutif et de notre législatif sédunois.

En effet, nous comprenons que l’Etat du Valais veuille utiliser une de ses parcelles sise sur le territoire de Sion. Mais nous ne pouvons pas comprendre comment nous pourrions laisser se construire un tel projet sans manquer de vision globale quant au développement de ce quartier du grand Champsec.

Nous allons refuser l’implantation de ce projet à Champsec pour des raisons d’accessibilité, de mobilité, de forte concentration de population dans les environs, de futur développement urbain de la zone mais surtout par conviction qu’un service auto n’a pas sa place dans une zone avec autant de potentiel pour le développement futur de Sion.

L’accessibilité d’abord : chaque personne qui emprunte régulièrement le rond-point de la Coop Pronto au nord de la parcelle concernée sait que le trafic y est déjà compliqué aux heures de pointe le matin, à midi et le soir. Quoiqu’on en dise, tous les véhicules qui viendront se faire immatriculer devront passer par ce nœud stratégique déjà surchargé depuis de nombreuses années.

De plus, si on en croit la présentation du quartier de Ronquoz 21, cet axe sera vraisemblablement aussi emprunté par les usagers de ce quartier qui y accèderont par une nouvelle passerelle au-dessus du Rhône. Sans mentionner les étudiants du nouveau collège qui se déplaceront en partie en véhicule privé également.

Le trafic ne va donc certainement pas aller en s’améliorant dans cette zone. Certains pourront dire que Sion n’est quand même pas comparable à Genève. Effectivement. Mais qui voudrait d’une circulation comme à Genève dans notre ville ? Personne. Donc prenons les devants !

Mobilité ensuite : il est mentionné dans l’analyse faite par le bureau CITEC que ce projet génèrera entre 1500 et 2000 véhicules par jour en plus. Si des mesures de mobilité douce peuvent effectivement être mises en place pour les employés du Service auto, les clients au guichet et ceux des examens théoriques, tous les usagers se rendant aux examens pratiques et surtout au contrôle technique le feront avec leur propre véhicule. Par définition, on ne pourra jamais réduire ce nombre de véhicules, et il risque même de continuer à augmenter dans les années à venir.

Localisation maintenant : dans le message du CM du 9 août 2018, et je cite : « Le CM a demandé lors de sa séance du 23 février 2017 que la présence de logements au nord du site puisse être intégrée dans les réflexions du concours à venir pour garantir une interface satisfaisante entre l’habitat et une activité potentiellement bruyante. » (Message du CM du 9 août 2018)

Tout est dit ! Rien que par cet énoncé, il nous semble évident que l’on reconnaît la difficulté de la cohabitation d’un tel projet avec des logements à proximité. Et ce, quel que soit le futur développement de cette zone ou de cette parcelle.

Rappelons encore que le nouveau collège va être construit à proximité, que « des logements d’étudiants » sont déjà construits à côté de la Coop Pronto, que la Ferme Asile se trouve aussi à proximité. Encore une fois, pourquoi construire un service Auto dans une zone aussi peu adéquate et vouée à se développer comme quartier à part entière de la Ville ? Aujourd’hui déjà, Champsec se trouve à l’orée de la Ville du 21ème siècle. Considérons donc ce quartier comme tel.

A ce propos, on nous a répondu que les militaires risquaient d’utiliser cette zone comme base logistique avec des camions, des véhicules etc… Peut-être. Mais rien n’est joué. Et s’il faut remonter au créneau car le projet ne correspond pas à nos attentes, nous le referons.

Une dernière chose qui me tient particulièrement à cœur : il a été évoqué sur ce dossier que ce n’était pas notre rôle de bloquer un tel projet, que le canton et l’exécutif savaient ce qu’ils faisaient. J’en suis persuadé. Et je ne remets nullement en cause les compétences des exécutifs et des services concernés.

En revanche, c’est le rôle du législatif que d’exprimer son désaccord quand un projet ne correspond pas à la vision future qu’on se fait d’un pays, d’un canton, d’une ville.

Comme vous avez pu le constater, la majorité de la CEU a refusé ce projet. C’est peu courant tant nous avons à cœur dans cette commission de tirer à la même corde, de travailler sur nos points communs plutôt que sur nos divisions.

Nous avons aujourd’hui l’occasion d’exprimer notre avis sur un projet impactant une grande partie de la population sédunoise. Exprimer son avis signifie aussi pouvoir exprimer son désaccord. Nous avons le droit de le faire. Nous en avons même le devoir vis-à-vis de la population que nous représentons.

Vous l’avez compris, l’AdG refusera ce projet et vous invite à faire de même.


Addendum

Madame, Monsieur,

Je me permets de reprendre la parole en vertu de l’article 26, alinéa 3 du RCG, pour évoquer un autre article du RCG, l’article 28. Votations et élections.

Malgré les arguments qui vont dans le sens du projet, càd les emplois qui doivent rester à Sion (à ce sujet, d’autres emplacements peuvent être trouvées sur notre territoire) ou la volonté de ne pas aller à l’encontre du canton, nous sommes convaincus que ce projet a dû susciter les débats au sein de vos groupes respectifs.

Nous avons conscience qu’un refus de ce projet risque de mettre la Ville de Sion dans une posture délicate face au canton. Afin que chacune et chacun puisse donc voter en son âme et conscience, sans aucune pression par rapport aux conséquences qu’un tel vote pourrait avoir, le groupe AdG va demander le vote à bulletin secret.

En effet, l’article 28 du RCG est écrit comme suit :  « si la proposition en est faite et appuyée par le dixième des membres présents, le vote a lieu au scrutin secret ».

Étant donné que le groupe AdG est composé de 7 personnes, nous atteignons le dixième des membres présents et demandons donc formellement à Madame la Présidente de procéder au vote sur cet objet par bulletin secret.

Merci de votre attention.